Livres
Réception critique
Traductions
Présences en anthologie
 
 
 
 
 
 
 
 

 

   
Anthologie du présent - Louise Warren
(cliquer pour agrandir)

Anthologie du présent

2012



 

   

Parfois le présent contient trop de présence, trop de présent. On sent que la lumière entre dans les doigts, que les maisons rétrécissent. Il faut alors orienter le temps, tracer un sentier, creuser un fossé, suivre une fourmi, marcher seule.

« Nous, paroles inquiètes »

 

Anthologie du présent, Montréal, les éditions du passage, 2012, 231 p.

suivi de « Le premier lecteur. Une conversation avec André Lamarre »


 

Coup de cœur Renaud-Bray 2012 !

Finaliste au prix du Festival de la poésie de Montréal en mai 2013.

 

Le titre est déjà un petit joyau. Anthologie du présent. Exquise contradiction qui implique une relecture de ce qui est en train de se produire. Voilà bien ce que fait Louise Warren tout au long de ce recueil, que nous dirions ambitieux si la formule ne risquait pas de paraître péjorative. Aucune prétention ici, mais le désir d’embrasser large, d’éclairer les mouvements les plus intimes comme les drames de l’époque. En effet, si les poèmes nous placent le plus souvent dans un état d’extrême attention devant la nature, sa faune secrète et ses rythmes lents, parviendra quand même à nos oreilles, par exemple, le lointain écho des tours de Manhattan en train de s’écrouler. Un livre fascinant, véritable dédale de sens et de beauté calme.

TRISTAN MALAVOY-RACINE, Voir, 24 mai 2012

 

On regarde le jour qui répand dans des éclats d'éternité rassemblés dans le coeur de cette Anthologie du présent comme on creuserait un océan à la pelle sans s'épuiser. Toute la réalité disponible retrouve la virtuosité des liaisons. Les poèmes s'engendrent dans des appels formels multiples, tous travaillés avec la minutie du calme.

JEAN-FRANÇOIS LEBLANC, Québec français, printemps 2012

 

Celle qui juxtapose avec brio la grandeur de la nature à la réalité des sentiments offre ici une poésie très près du réel, du tangible, qui prend sa force dans l'évocation des chimères de l'esprit. « L'écriture aussi perce l'espace », écrit la grande poète.

« Les choix de la rédaction », Le libraire, avril-mai 2012

 

Avec Anthologie du présent, la poète et essayiste Louise Warren nous offre probablement son livre le plus achevé [qui] comprend plus d'une centaine de textes aux formes et aux longueurs variées, en plus d'une conversation fascinante avec l'accompagnateur privilégié de la poète depuis ses tout premiers débuts, son premier lecteur. Une conclusion originale à ce livre de tous les présents. [...]

Tout est finesse et subtilité dans cette publication. Reconnue pour ses livres d'art, la maison des éditions du passage a ici recréé l'art du livre de poésie, laissant les silences, les respirations et le rythme s'imposer, par respect de la parole de l'une de nos grandes poètes. [...]

Par l'utilisation de l'objet et du lieu, la poète appelle et nomme l'invisible, le fait apparaître, non pas incarné dans les mots, mais dans la trace qu'ils sculptent en nous, lecteurs.

MARIO CLOUTIER, « Nommer les sensations », La Presse, 16 mars 2012

(Pour lire le texte au complet, cliquez ici.)

 

Entamé Anthologie du présent de Louise Warren (les éditions du passage). Une poète qui a du métier, une jaquette nue, une maison d'édition qui sait y faire. Et les mots s'enchaînent comme une danse. D'ailleurs, dans le chapitre intitulé « Sauts », elle parle de danse : « Le danseur crée par la hauteur de ses sauts le vide qui le sépare du sol. » Tout est dit. Lecture d'insomnies.

JOSÉE BLANCHETTE, Le Devoir, 24 février 2012

 

C'est un livre qui est assez long et lent, qui prend son temps.

On passe des vers libres à la prose, à des suites, à des courts poèmes très instantanés, à une réponse à une chorégraphie à la fin.

Une poésie qui accompagne, une très belle écriture. C'est un livre qui se boit doucement. La dernière partie, « Nous, paroles inquiètes », est plus éloquente encore sur les thèmes du présent, du temps et de la présence. La fin est un entretien sur le premier lecteur et le travail de la première personne qui rencontre le manuscrit avant qu'il soit publié. Un complément de type essai à travers la rencontre.

C'est vraiment du Louise Warren complet.

MARIE-PAULE GRIMALDI
CIBL-FM 101,5 (Montréal)
17 février 2012

 

 





 





   
   
2004 © Louise Warren - Tous droits réservés. Dernière mise à jour : 16 mai 2013.